p
Vous lisez la newsletter du 5 août 2022.

Des colonies de vacances inclusives

Loin de n’être que des lieux d’évasion et de loisirs, les séjours pour enfants et adolescent·es reproduisent la plupart du temps les logiques de discriminations présentes dans l’ensemble de la société. Certaines initiatives tentent donc de faire bouger les lignes, comme celle de Toustes en colo, un camp d’été inclusif lancé lannée dernière, qui repense les séjours estivaux, armé des lunettes du féminisme.

Quest-ce qui cloche dans les colo­nies de vacances ? Pas mal de choses à en croire Mélina Raveleau et Thibaut Wojtkowski, à l’origine des séjours Toustes en colo. Avant de créer leur asso­cia­tion, ces deux « ani­ma­teu­rices » ( néo­lo­gisme dési­gnant à la fois les ani­ma­teurs et les ani­ma­trices) ont tra­vaillé pen­dant de nom­breuses années au sein de struc­tures spé­cia­li­sées dans laccueil des jeunes. Des expé­riences qui leur ont par­fois lais­sé un goût amer. Thibaut évoque, par exemple, cet enfant cho­qué de s’être enten­du répondre par un enca­drant que, pour la répar­ti­tion des chambres, il fal­lait bien que « les bites soient avec les bites et les vagins avec les vagins ». Mélina se sou­vient d’une jeune fille trans qui sest sca­ri­fiée après quun ani­ma­teur dune autre colo lui a lan­cé « un mec en jupe, cest dégueu­lasse ».

Après une pre­mière édi­tion en 2021, l’association à but non lucra­tif orga­nise cet été deux nou­velles ses­sions dans le Jura, pour des jeunes de 12 à 17 ans. « Celles et ceux qui viennent chez nous se sentent exclu·es des séjours clas­siques, donc il y a beau­coup de jeunes trans, des per­sonnes en situa­tion de han­di­cap ou neu­roa­ty­piques [qui pré­sentent un fonc­tion­ne­ment cog­ni­tif par­ti­cu­lier : autisme, troubles de l’apprentissage…]. Il y a aus­si une vraie diver­si­té au niveau de lori­gine sociale », pré­cise Mélina Raveleau. Lannée der­nière, ils et elles étaient une dizaine dinscrit·es.

Crotenay, 05 août 2021. Reportage lors d’une colo­nie de vacances inclu­sive (Toustes en colo). © Marie Rouge

Outre linclu­si­vi­té, le but du pro­jet édu­ca­tif est de remettre les aspi­ra­tions des jeunes au centre du séjour. Ainsi, dès leur arrivée,

La Déferlante 7 : Réinventer la famille

Découvrez le numéro de rentrée de La Déferlante  !

Un numé­ro 7 de La Déferlante qui explore les mul­tiples manières de faire famille et de réin­ven­ter nos liens affec­tifs en dehors du modèle patriar­cal. A lire aus­si : une ren­contre inédite avec les écri­vaines Lola Lafon et Vanessa Springora, un débat sur la place (ou pas) des hommes dans les com­bats fémi­nistes et une bande des­si­née sur les femmes dans la mafia signée Nine Antico.

⟶ Vous sou­hai­tez rece­voir La Déferlante en avant pre­mière, au tarif de 15 euros (au lieu de 19), et sans enga­ge­ment ? Découvrez notre offre d’abonnement à durée libre.

Retrouvez toutes nos newsletters

Les femmes qui voyagent sont libres

Marie Kirschen, nous parle de voyage dans un entre­tien inédit avec l’au­trice Lucie Azema, dans lequel elle nous explique pour­quoi le voyage consti­tue, à ses yeux, une expé­rience de liber­té très pré­cieuse pour les femmes.