« Armons-nous, nous en avons le droit par la nature et même par la loi » — Théroigne de Méricourt

par

Comme de nom­breuses révolutionnaires, Anne Josèphe Théroigne préfère exer­cer sa citoyen­neté avec un fusil plutôt que dans les urnes. En 1792, elle appelle ses conci­toyennes à s’armer comme les hommes : « Armons-nous, nous en avons le droit par la nature et même par la loi ! ».

À la tri­bune de la socié­té fra­ter­nelle des Minimes, ce 25 mars 1792, an qua­trième de la liber­té, Anne Josèphe Théroigne s’a­dresse aux citoyennes de l’as­sem­blée mixte qui lui fait face. « Armons-nous, nous en avons le droit par la nature et même par la loi ! » Alors, au risque de vous déce­voir ou pour vous ras­su­rer, c’est selon, il ne s’a­git pas d’ar­mer les femmes dans une guerre contres les hommes, ce grand fan­tasme des hommes anti-féministes si prompts à pani­quer pour leurs gonades. Elle réclame le droit pour les femmes à s’ar­mer comme les hommes, aux côtés des hommes, pour défendre la Révolution […]

Illustration : Laurie Quétel.

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°3, parue en septembre 2021. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.