p

Entretien avec Pénélope Bagieu — « Je suis une imposteuse qui s’assume, exactement comme un mec »

par

Ses bandes dessinées sont tra­duites en 17 langues, adaptées à l’écran et lues autant par des préados que par leurs parents. De ce succès, Pénélope Bagieu a fait une tri­bune au ser­vice de la pensée féministe. Pour La Déferlante, elle remonte aux sources de son des­sin et raconte com­ment elle est deve­nue une artiste engagée.

 

Il y a quelques mois, vous avez publié sur Instagram une pho­to de vous, à 7 ou 8 ans, en train de des­si­ner. Pouvez-vous nous par­ler de cette petite fille sur la photo?

Je devais être en CE2. Déjà, à cette époque, je des­si­nais tout le temps. Ma sœur était trop grande pour avoir envie de jouer avec moi, ou alors juste pour me don­ner les rôles pour­ris: elle était Barbie et moi j’étais Ken. J’étais assez seule avec mon imaginaire. […]

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°3, parue en septembre 2021. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.