Faut-il créer un parti féministe ?

par

À quelques mois de la pré­si­den­tielle et mal­gré un mou­ve­ment social très dyna­mique, la pos­si­bi­li­té d’un par­ti fémi­niste est rare­ment évo­quée en France. L’expérience a pour­tant déjà été ten­tée par le pas­sé ou dans d’autres pays. Les mili­tantes Caroline De Haas et Anaïs Leleux, la socio­logue Jules Falquet et la col­la­bo­ra­trice par­le­men­taire Assia Hebbache débattent de l’intérêt et des désa­van­tages qu’il y aurait à créer une telle organisation.

Léa Djeziri

Un Parti fémi­niste uni­fié a exis­té, en Belgique puis en France, dans les années 1970. Initiative fémi­niste est un par­ti poli­tique fémi­niste sué­dois créé en 2005. Au Chili, le par­ti Alternativa femi­nis­ta s’est créé en 2020, fort de l’énergie des mani­fes­ta­tions monstres por­tées par les fémi­nistes chi­liennes. Comment trans­for­mer la colère et les reven­di­ca­tions fémi­nistes en chan­ge­ments poli­tiques ? Pour que le bouillon­ne­ment fémi­niste actuel se tra­duise en règles de vie com­munes qui rendent la socié­té plus éga­li­taire, faut-il en pas­ser par la créa­tion d’un par­ti poli­tique féministe ?

Pourquoi y a‑t-il moins de femmes que d’hommes qui entrent en politique ? […]

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°4, de décembre 2021. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.