Réinventer la famille

par

Léa Djeziri

En finir avec le modèle patriarcal ?

Il suf­fit  de  taper  dans  un  moteur  de  recherche  les  mots  « famille »  +  « modèle » pour voir appa­raître des hommes en polo enla­çant ten­dre­ment des  femmes  en  robe  légère  et  des  enfants  bien  coiffé•es ;  des  papa-maman-deux-enfants riant à gorge déployée sur des cana­pés moel­leux. Il n’y a aucun couple de les­biennes ou de gays, aucune femme por­tant une pous­sette dans les esca­liers du métro, aucune per­sonne raci­sée, pas non plus de per­sonne visi­ble­ment handicapée.

Le couple cis hété­ro­sexuel blanc comme socle de la famille est un modèle qui infuse dans nos repré­sen­ta­tions occi­den­tales depuis au moins deux mil­lé­naires. Au centre du tableau, le pater fami­lias joue un rôle pivot (lire notre focus page 86). C’est ain­si que, depuis dix ans, les repré­sen­tants de la Manif pour tous, vent debout contre le mariage homo­sexuel et la PMA pour les femmes les­biennes, seules ou les per­sonnes trans, ont pu affir­mer sans relâche, à la télé comme dans la rue, qu’une famille « c’est un papa et une maman ».

Ne  leur  en  déplaise,  les  sta­tis­tiques  sont  for­melles :  la  famille  dite « clas­sique » n’est plus qu’un modèle par­mi d’autres. Une sur quatre est désor­mais mono­pa­ren­tale, avec, dans 85 % des cas, une mère à sa tête (page 90). Quant aux familles recom­po­sées à la suite d’une sépa­ra­tion, elles repré­sentent plus d’une famille sur dix. En deçà des radars sta­tis­tiques, des familles évo­luent éga­le­ment, sans for­cé­ment de lien amou­reux pour les struc­tu­rer et sans sys­té­ma­ti­que­ment un ou des enfants comme rai­sons d’être. L’historienne fémi­niste Donna Haraway (page 82) affirme depuis long­temps que faire famille est une expé­ri­men­ta­tion au long cours, faite de chan­ge­ments, d’arrangements, de créa­tion et par­fois d’abandon.
Ce  dos­sier  entend  ouvrir  grand  nos  concep­tions  des  liens  et  nous per­mettre  d’imaginer  des  orga­ni­sa­tions  fami­liales  plus  éga­li­taires  dans les­quelles les rôles de chacun·e sont défi­nis non plus seule­ment par le sang, le genre ou le droit, mais bien par la volon­té de s’impliquer réel­le­ment les un·es auprès des autres.

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°7, de septembre 2022. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.

La Déferlante 7 : Réinventer la famille