L’invention du « summer body » : un siècle d’injonctions sexistes à la plage

Publié le 22 juillet 2022
L’invention du « summer body » : un siècle d’injonctions sexistes à la plage
L’été est bien plus qu’on ne le croit la saison des conventions sociales. Corps dénudés, jambes épilées, teint bronzé : les injonctions touchent en premier lieu les femmes. Loin d’avoir toujours existé, cette obsession du « corps d’été » est née au début du siècle dernier. Jusque fin août, la newsletter de La Déferlante vous propose de regarder vos vacances à travers des lunettes de genre.

Printemps 2015. Dans le métro londonien, une publicité pour des com­plé­ments ali­men­taires affiche le corps mince et galbé d’une jeune femme en maillot de bain et interroge : « Are you beach body ready? » (Votre corps est-il prêt pour la plage ?). La campagne provoque aussitôt une levée de boucliers sur les réseaux sociaux et plus de 360 plaintes auprès de lautorité bri­tan­nique de régu­la­tion de la publicité. Si la pub est fina­le­ment retirée, la formule employée reste, jusqu’à ce jour, une rengaine des magazines de mode, à l’approche de l’été.

«Nous vivons dans un monde où il faut se dis­tin­guer des autres : réussir ou avoir plus dargent. Présenter un beach body” est une manière de dire “Regardez comme jai fait du sport, je suis un être méritant, digne d’être aimé” », analyse Solenne Carof, socio­logue et maîtresse de confé­rences à la Sorbonne. Et dans cette obsession du « beach body », la gros­so­pho­bie joue à plein. «Il faut avoir un corps à la fois mince et tonique, avec cette idée que les gens qui sont gros ne savent pas se contrôler et ne font pas assez de sport », détaille lautrice de l’essai Grossophobie. Sociologie d’une dis­cri­mi­na­tion invisible.

Conséquence de ce regard normatif sur nos sil­houettes, certaines personnes en viennent à s’autocensurer et à éviter plages et piscines par crainte des remarques stig­ma­ti­santes. « Il peut aussi y avoir une inté­rio­ri­sa­tion des normes qui nous fait consi­dé­rer que notre corps nest pas assez beau pour être montré. Cela vaut pour les personnes grosses mais aussi pour les personnes porteuses de handicap ou âgées. »

Collage de la série « Duckface », Karin Crona

Collage de la série « Duckface », Karin Crona

Il nen a pourtant pas toujours été ainsi. Dans son ouvrage La Saison des appa­rences. Naissance des corps d’été, lhistorien Christophe Granger raconte comment est née la notion de « corps d’été ». Au début du XXe siècle, des médecins se mettent à recom­man­der à leur patient·es de

Précommandez le dernier numéro de La Déferlante  !

Pour ce premier numéro de 2023, nous consa­crons notre dossier au thème BAISER car, oui la révo­lu­tion sexuelle reste encore à venir ! On y parle de sexologie féministe, de désirs qui font désordre, on y décons­truit les normes vali­distes et on plonge à pieds joints dans le récit de science-fiction érotique « Tout est chaos », signé Wendy Delorme et Elise Bonnard.

⟶ Vous souhaitez recevoir La Déferlante, au tarif de 15 euros (au lieu de 19), et sans enga­ge­ment ? Découvrez notre offre d’abonnement à durée libre.

Dans la même catégorie