Vous lisez la newsletter du 28 octobre 2022.

Retour à Kyiv : des femmes à l’épreuve de la guerre

Huit mois après l’invasion russe, l’Ukraine vit encore quotidiennement sous les bombardements et sous la menace d’une attaque nucléaire venue de Moscou. À Kyiv, malgré le retour d’un semblant de normalité, la population est exsangue. Journaliste indépendante et spécialiste de l’Ukraine, Audrey Lebel y est retournée au mois de septembre, pour la première fois depuis le début des frappes russes. Elle y a retrouvé connaissances et amies, profondément affectées par le conflit. Voici son récit pour La Déferlante.

À mon arri­vée, après vingt-huit heures de voyage – contre trois en temps de paix – j’ai d’abord été sur­prise par le silence et les rues désertes du centre-ville. Depuis mai, les cafés ont certes rou­vert, de nou­veaux lieux viennent même d’être inau­gu­rés, les maga­sins ont leurs étals bien rem­plis. Mais Kyiv n’est plus la même. Les monu­ments his­to­riques de la ville sont recou­verts de sacs de sable et cachés par ce qui res­semble à de gigan­tesques plaques de plâtre. Certaines sta­tions de métro, comme celle de Maïdan au centre-ville, sont fer­mées et des obs­tacles anti­chars trônent un peu par­tout dans la ville. Depuis le 10 octobre, les frappes aériennes qui durant plu­sieurs mois avaient épar­gné la ville ont repris.

La guerre change le quo­ti­dien mais aus­si les gens. Parmi mes amies, un cer­tain nombre a pris beau­coup de poids en rai­son du stress, parce que le conflit les pousse sou­vent à « man­ger pour se récon­for­ter », comme me le confie Marichka, une consœur qui tra­vaille depuis Kyiv comme cor­res­pon­dante pour le New York Times. D’autres, au contraire, ont dras­ti­que­ment maigri.
Anna, tren­te­naire, a vu appa­raître du jour au len­de­main des che­veux blancs qui recouvrent désor­mais une bonne par­tie de sa che­ve­lure. Chez Alisa, une réa­li­sa­trice qui a posé sa camé­ra pour prendre les armes au prin­temps der­nier, la trans­for­ma­tion est plus sub­tile. Autrefois d’un carac­tère dis­cret, elle occupe désor­mais tout l’espace autour d’elle. L’intonation de sa voix a chan­gé. Son regard est sou­te­nu. C’est une com­bat­tante jusque dans sa ges­tuelle : le dos bien droit, les poings sur la table, les épaules dres­sées. Le jour où elle est par­tie sur le front, elle a dû affron­ter les ques­tions de son fils de 5 ans : « Il m’a deman­dé : Maman, pour­quoi tu dois aller com­battre ? J’ai répon­du : Parce que si tout le monde réagit comme ça, qui défen­drait le pays et te per­met­trait d’être libre quand tu seras grand ? Il a com­pris, mais il ne m’a pas lâché la jambe pour autant. »

Retour à Kyiv Audrey Lebel

Réalisatrice de docu­men­taires, Alisa a pris les armes entre mars et juin 2022.

Toutes mes amies sont épui­sées par la lour­deur du quo­ti­dien. Olga, 32 ans, mana­ger dans un maga­sin d’articles d’escalade – un hob­by qui com­men­çait à être acces­sible à la toute nou­velle classe moyenne émer­gente du pays avant le début de la guerre – m’explique : […]

La Déferlante 7 : Réinventer la famille

Découvrez le numéro de rentrée de La Déferlante  !

Un numé­ro 7 de La Déferlante qui explore les mul­tiples manières de faire famille et de réin­ven­ter nos liens affec­tifs en dehors du modèle patriar­cal. A lire aus­si : une ren­contre inédite avec les écri­vaines Lola Lafon et Vanessa Springora, un débat sur la place (ou pas) des hommes dans les com­bats fémi­nistes et une bande des­si­née sur les femmes dans la mafia signée Nine Antico.

⟶ Vous sou­hai­tez rece­voir La Déferlante en avant pre­mière, au tarif de 15 euros (au lieu de 19), et sans enga­ge­ment ? Découvrez notre offre d’abonnement à durée libre.

Retrouvez toutes nos newsletters

Italie : « Cela fait un bout de temps que la loi sur l’IVG est inopérante »

Le 22 octobre der­nier, Giorgia Meloni, can­di­date du par­ti d’extrême droite Fratelli d’Italia, est deve­nue la pre­mière femme à accé­der à la tête du gou­ver­ne­ment ita­lien. Sa vic­toire alour­dit encore la menace qui pèse sur les droits repro­duc­tifs de l’autre côté des Alpes.