Crystal Chardonnay, Drag Queen à Lille

par

Crystal Chardonnay, drag queen à Lille, raconte son rap­port à la per­for­mance, au show et à l’humour.

Certaines drag queens parlent de sujets sérieux, tou­chants ou graves, ce n’est pas mon cas. Ou alors je le fais très rare­ment. Pour moi, un drag show, c’est comme un exu­toire, autant pour la drag queen que pour le public. D’autant plus que je fais essen­tiel­le­ment des soi­rées pour des per­sonnes queer, dont le quo­ti­dien n’est pas for­cé­ment facile. Donc, par le rire, on essaie d’expulser toute cette néga­ti­vi­té. Qu’importe le genre de la per­sonne, l’idée, c’est vrai­ment qu’elle passe un bon moment. Le temps d’une soi­rée, on donne le droit aux gens d’être eux-mêmes, d’exprimer qui ils sont réel­le­ment, en leur offrant un envi­ron­ne­ment safe, le plus safe possible.

DU BAR-TABAC AUX SOIRÉES BINGO
C’est ça qui m’a don­né envie de faire du drag. Quand j’ai com­men­cé, il y a quatre ans, à Lille, je fai­sais par­tie des pre­miers. Je me suis d’abord pro­duit dans un bar-tabac, puis dans des bars un peu plus grands avant d’avoir l’occasion d’organiser des soi­rées Bingo Drag à Saint-Sauveur [ancienne gare réha­bi­li­tée en lieu cultu­rel]. Ça m’amusait beau­coup. Au fur et à mesure que je me pro­dui­sais, j’ai com­men­cé à réflé­chir à la place de cha­cun. C’est très com­pli­qué pour une per­sonne queer de trou­ver sa place dans la vie de tous les jours et les drag shows sont jus­te­ment un moyen de relâ­cher la pres­sion et de se retrou­ver avec des per­sonnes qui nous res­semblent. C’est la rai­son pri­mor­diale pour laquelle je fais du drag, et c’est aus­si la rai­son pour laquelle je veux faire rire le public

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°6, de juin 2022. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.

La Déferlante #6 couverture