p

Hannah Gadsby — Entretien avec la star mondiale du stand-up

par

Comédienne aus­tra­lienne, les­bienne, fémi­niste et autiste, Hannah Gadsby se pro­duit pour la pre­mière fois en France cet hiver, avec un nou­veau spec­tacle inti­tu­lé Body of Work. On la connaît grâce à deux spec­tacles enga­gés, Nanette et Douglas, dif­fu­sés sur Netflix depuis 2018 et 2020, mais sa car­rière a com­men­cé dès 2006 en Australie. Propulsée sur la scène inter­na­tio­nale, elle est pour­tant le contraire d’une humo­riste grand public. Pour La Déferlante, elle explique en quoi l’humour est une his­toire de décons­truc­tion et de consentement.

Comment êtes-vous deve­nue fémi­niste ? Plus pré­ci­sé­ment : com­ment êtes-vous deve­nue une humo­riste fémi­niste ?
 Je pense que le fémi­nisme m’est tou­jours appa­ru comme une évi­dence. Ma mère était une femme puis­sante et très franche. À sa façon, elle décon- strui­sait le patriar­cat, même dans notre petite ville de Tasmanie: elle dénon­çait la conne­rie quand elle la voyait. Moi, plus jeune, j’étais moins directe qu’elle. J’ai pris mon temps, j’ai essayé de com­prendre le monde, mais il n’a aucun sens si on n’est pas miso­gyne… On n’a pas d’autre choix que d’être féministe. […]

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°4, de décembre 2021. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.