p

L’affaire Cantat

par

Le 1er août 2003, la comé­dienne Marie Trintignant meurt des suites des coups por­tés par son com­pa­gnon, le chan­teur Bertrand Cantat. C’est le « crime pas­sion­nel » d’un rockeur roman­tique, assurent ceux qui prennent sa défense. Sept ans plus tard, pour son grand retour sur scène, un nou­vel argu­ment est bran­di : il fau­drait sépa­rer l’homme de l’artiste. L’autrice et acti­viste Rose Lamy revient sur cette affaire qui marque un tour­nant, en France, dans l’histoire des féminicides.

On parle tra­di­tion­nel­le­ment de l’affaire Cantat, mais il serait plus juste de par­ler « des » affaires Cantat. Car l’histoire, telle qu’on peut la racon­ter aujourd’hui, se déroule en deux temps. Il y a la mort de Marie Trintignant sous les coups de Bertrand Cantat en 2003, qui pro­duit la sidé­ra­tion de l’opinion publique, et un trai­te­ment média­tique plus appli­qué à défendre la répu­ta­tion de l’homme qu’à res­ti­tuer des faits pour­tant éta­blis par les rap­ports d’autopsie. Et il y a l’indignation que pro­voque le retour de l’artiste sur la scène musi­cale et média­tique en 2010 à la demande express d’un boys’ club. Tant qu’il pur­geait sa peine – en pri­son, puis en liber­té condi­tion­nelle –, les fémi­nistes se sont tues. Mais en 2010, « la reprise de ses concerts et l’accueil en héros qu’il a reçu ont mis le feu aux poudres », se sou­vient Isabelle Germain, créa­trice du média fémi­niste Les Nouvelles News en 2009. Car, ain­si que l’a démon­tré Valérie Rey-Robert dans Une culture du viol à la fran­çaise (Libertalia, 2019), si tout le monde pré­tend vou­loir lut­ter contre les vio­lences sexistes, il n’y a plus grand monde quand il s’agit de se déso­li­da­ri­ser d’un ami com­pro­mis, ou d’arrêter de consom­mer les oeuvres d’artistes accu­sés ou jugés coupables.

UNE VINGTAINE DE COUPS DE POING
Dans la nuit du 26 au 27 juillet 2003, Bertrand Cantat frappe sa com­pagne, Marie
Trintignant, à plu­sieurs reprises, au cours d’une vio­lente dis­pute. Les méde­cins ne réus­sissent pas à la sau­ver ; elle meurt le 1er août 2003.
 […]

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°6, de juin 2022. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.

La Déferlante #6 couverture