Italie : « Cela fait un bout de temps que la loi sur l’IVG est inopérante »

Publié le 11 novembre 2022
Giorgia Meloni, la candidate du parti d'extrême droite Fratelli d'Italia, a pris la présidence du Conseil italien le 22 octobre dernier.
Le 22 octobre dernier, Giorgia Meloni, candidate du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, est devenue la première femme à accéder à la tête du gouvernement italien. Loin de constituer une victoire pour les droits des femmes et des personnes LGBT+, sa victoire alourdit encore la menace qui pèse sur les droits reproductifs de l’autre côté des Alpes.

« Je n’ai pas l’intention d’abolir la loi 194 ! Dans quelle langue dois-je le dire ? » Au cours de sa campagne élec­to­rale, Giorgia Meloni s’est défendue, avec force et à plusieurs reprises, de vouloir modifier ou supprimer la loi qui, depuis 1978, consacre le droit à l’interruption volon­taire de grossesse (IVG). « C’est une manière de calmer le jeu, avance Marte Manca, membre de l’association féministe Non una di meno (Pas une de moins). Elle veut rassurer l’Europe et se donner une apparence démo­cra­tique. » La jour­na­liste féministe Loredana Lipperini le rappelle : Meloni a triomphé face à une gauche « en perte d’identité ». Elle sait que, en s’attaquant direc­te­ment à cette loi, elle « condui­rait l’opposition, et une bonne part de la société, à faire front. Je ne crois pas qu’elle leur donnera ce coup de main », conclut-elle.

À en croire le nouveau président du Conseil des ministres – Giorgia Meloni a, dès le départ, formulé sa fonction au masculin dans toutes ses com­mu­ni­ca­tions offi­cielles –, le but est d’appliquer la loi « dans sa totalité », c’est-à-dire, selon ses propres termes, de garantir également aux femmes « le droit de ne pas avorter ». Un discours qui ne trompe pas les milliers de personnes qui, au lendemain de son élection, fin septembre, sont […]

Giorgia Meloni, la candidate du parti d'extrême droite Fratelli d'Italia, a pris la présidence du Conseil italien le 22 octobre dernier.

Giorgia Meloni, la candidate du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, a pris la pré­si­dence du Conseil italien le 22 octobre dernier.

 

Précommandez le dernier numéro de La Déferlante  !

Pour ce premier numéro de 2023, nous consa­crons notre dossier au thème BAISER car, oui la révo­lu­tion sexuelle reste encore à venir ! On y parle de sexologie féministe, de désirs qui font désordre, on y décons­truit les normes vali­distes et on plonge à pieds joints dans le récit de science-fiction érotique « Tout est chaos », signé Wendy Delorme et Elise Bonnard.

⟶ Vous souhaitez recevoir La Déferlante, au tarif de 15 euros (au lieu de 19), et sans enga­ge­ment ? Découvrez notre offre d’abonnement à durée libre.

Dans la même catégorie