p

Une femme sans homme c’est comme un poisson sans bicyclette

par

Laurie Quétel

Forgé en 1970 par une étu­diante aus­tra­lienne, « Une femme sans homme, c’est comme un pois­son sans bicy­clette » est l’un des slo­gans fémi­nistes les plus connus au monde. S’il pro­voque un effet immé­diat sur le muscle des zygo­ma­tiques, il porte aus­si en soi un pro­pos révo­lu­tion­naire et sym­bo­lise l’inventivité des mili­tantes fémi­nistes en matière de slo­gans politiques.

Il a don­né son nom à un café fémi­niste de Schaerbeek à Bruxelles. Il a été cité aus­si bien par Pierre Desproges que Stephen King. On l’entend dans les paroles d’un tube de U2. « Une femme sans homme est comme un pois­son sans bicy­clette » a beau­coup voya­gé et compte par­mi les slo­gans fémi­nistes les plus par­ta­gés. La for­mule nous vient d’Australie. La fémi­niste amé­ri­caine Gloria Steinem, à qui certain·es en avaient attri­bué la mater­ni­té, démen­tait le 16 sep­tembre 2000 dans le maga­zine Time : c’est à Irina Dunn, mili­tante et réa­li­sa­trice aus­tra­lienne qu’on la doit. Cette der­nière l’aurait for­gé en 1970 alors qu’elle était étu­diante à l’université de Sydney en lit­té­ra­ture anglaise en para­phra­sant une for­mule du phi­lo­sophe Charles S. Harris « A man without faith is like a fish without bicycle » (un homme sans foi, c’est comme un pois­son sans bicy­clette). Irina Dunn expli­que­ra plus tard qu’elle avait écrit ce graf­fi­ti sur des portes de toi­lettes – une à l’université, une autre au Soren’s Wine Bar à Sydney. Ce qui est sûr, c’est que la for­mule trouve immé­dia­te­ment son public. Le slo­gan va ensuite se dif­fu­ser dans le monde entier. « Une femme sans homme, c’est comme un pois­son sans bicy­clette » se retrouve sur les pan­cartes fran­co­phones des mou­ve­ments de femmes dès le milieu des années 1970, appe­lant, par le rire et l’incongruité, à prendre conscience qu’une femme peut se pen­ser et agir de façon tota­le­ment indé­pen­dante d’un homme, deve­nu pour elle super­flu. […]

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°6, de juin 2022. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.

La Déferlante #6 couverture