Rock Power !

par

Louise Quignon

Chaque année, des stages de for­ma­tion accé­lé­rée au rock à des­ti­na­tion d’adolescentes sont orga­ni­sés par­tout dans le monde. En février, un pre­mier « Girls Rock Camp » s’est tenu à Rennes. En une semaine, sept jeunes filles ont appris les rudi­ments de la gui­tare élec­trique, de la bat­te­rie et de la basse et se sont pro­duites sur scène.

Branchez les gui­tares ! Lundi, 10 heures. Ce jour-là, Anaëlle bataille avec la sangle pour enfi­ler son ins­tru­ment. Ibtissam mar­tèle la pédale de sa bat­te­rie et ouvre grand les yeux, sur­prise par le vacarme. C’est la pre­mière fois de leur vie que les deux ado­les­centes touchent ces ins­tru­ments, comme Jeanne, Sofia, Bianca, Tess et Pome, les cinq autres Rennaises âgées de 13 à 17 ans qui se sont ins­crites au pre­mier Girls Rock Camp pro­po­sé par le Jardin Moderne, une salle de concert et de répé­ti­tion. Vendredi, à 16 heures, elles mon­te­ront toutes sur scène pour jouer devant un public.

C’est le défi que relèvent les Girls Rock Camps. Le pre­mier a été créé en 2001 par des étu­diantes en études sur le genre de l’université de Portland (États-Unis). Le mou­ve­ment, dans l’esprit DIY [Do it Yourself], s’est depuis répan­du dans 80 villes du monde. La moi­tié aux États-Unis, l’autre moi­tié par­tout ailleurs, de Maputo à Sydney en pas­sant par Dubaï. Chaque camp est indé­pen­dant et choi­sit sa fré­quence, au moins annuelle. « Ces stages per­mettent à des ado­les­centes qui n’ont, pour la plu­part, jamais fait de musique d’apprendre des notions de gui­tare, basse, bat­te­rie et chant, de for­mer des groupes et prendre plai­sir à jouer. Ils leur rap­pellent qu’elles aus­si ont leur place dans le rock », résume Amandine Aubry, média­trice au Jardin Moderne.

Parmi les 900 musicien·nes qui répètent dans leurs murs, 12 % sont des femmes. Depuis 2006, les études por­tant sur les musiques actuelles en France 2 abou­tissent au même constat : 15 % de femmes seule­ment se pro­duisent sur scène et fré­quentent les stu­dios de répétition. […]

Lire cet article

Retrouvez cet article dans la revue papier La Déferlante n°6, de juin 2022. La Déferlante est une revue trimestrielle indépendante consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle raconte les luttes et les débats qui secouent notre société.

La Déferlante #6 couverture